Bien sûr ! cerveau droit et cerveau gauche ! une taxonomie aussi puissante que « les hommes viennent de Mars, les femmes de Venus ». Je suis du mois de mai ; en revanche, j’ai souvent vérifié que les femmes ont un problème de latéralisation.

Oublions les taxons ; la pression fiscale est déjà bien assez forte.

Comme tout le monde le sait, « être cerveau gauche » consiste à privilégier l’ordre, la méthode, la rigueur, la raison, la logique, l’intellect ; le « cerveau droit » (H/F*) est original, spontané, créatif, intuitif et émotionnel. D’ailleurs, dans le film « Le cerveau», celui de David NIVEN penchait bien du côté droit.

(H/F*) : pour éviter la discrimination dans le texte des offres d’emploi, les recruteurs ont pris l’habitude de faire suivre le titre du poste à pourvoir de ces initiales : elles sous-entendent que tout ce qui est écrit s’adresse aux Hommes mais aussi aux Femmes.

L’ordre des lettres n’est pas très galant mais, comme on le sait, la galanterie est une forme élégante du machisme. La méthode (H/F) est bien pratique en Français vu la pénurie d’épicènes et le nombre important d’adjectifs voire de substantifs dont la forme varie avec le genre.

À mon humble avis, cette méthode est préférable à la féminisation de certains mots (cheffe, auteure, écrivaine) et permet d’éviter le trouble provoqué par des formules telles que « le Capitaine PRIEUR est enceinte » ou bien « le Premier Ministre est trop maquillée ».

Pour revenir à nos moitiés cérébrales, le système « scientifique à gauche, artiste à droite » est bien pratique. Il pourrait paraître politiquement curieux, l’ordre étant plutôt associé à la Droite et la spontanéité à la Gauche ; mais personne n’ayant le monopole du cœur, le cerveau est à tout le monde.

Que de littérature sur cette répartition quasi physique de nos traits de personnalité ! que de tests aussi ! Certains ont même voulu dépasser la binarité de cette théorie en ajoutant une clivage frontalo-occipital ; et nous ne dirons rien ici de la trilogie reptiliano-limbico-corticale.

Seulement, voilà : toute cette belle psycho-cartographie est erronée !

Une très sérieuse étude américaine (les trois termes ne sont pas incompatibles) vient d’être médiatisée : elle démontre que rien ne prouve la répartition de caractéristiques psychologiques entre les deux hémisphères.

Mille volontaires (?) âgés de 7 (?) à 29 ans ont été étudiés à l'aide d'une technique d'imagerie par résonance magnétique (IRM). Les neurologues ont déclaré : « Il est certain que certaines aptitudes mentales se déroulent dans certaines zones du cerveau plutôt que d'autres. Le langage se situe à gauche, la concentration davantage à droite. Mais les gens ne mobilisent pas particulièrement l'hémisphère gauche ou droite. Il semble que les types de personnalité ne s'expliquent pas par rapport à l'activité ou aux connections de l'un des deux hémisphères ».

Je serais assez enclin à croire cet article. Il est publié dans une revue/site d’origine américaine dont la devise est de défendre les faits et la réalité. Elle (H/F) a été créée par une femme politique américaine d’origine grecque (une partie de sa famille serait née au Kosovo) : Arianna HUFFINGTON.

J’ai été tout à fait rassuré d’apprendre que la rédactrice en chef de l’édition française est Anne SINCLAIR.

J’ai aussi été très intéressé par les sous-rubriques de ce support : Justice, Insolite, Sport, Sexualité, Têtes chercheuses, etc.

Mais je ne suis pas certain que cela vous touche.