IN MEDIAS RES

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 25 octobre 2013

Éloge du cerveau lent

Assez maladroite à gauche ; plutôt gauche à droite.

Je n’en suis pas certain mais je trouve qu’Internet est aux relations humaines ce que la masturbation est au sexe ; un peu ce que la musculation est au sport (selon un personnage de Douglas KENNEDY…je n’en suis pas certain).

Au delà d’une accroche croustillante, vous aurez remarqué, dans le début de ce texte, une astuce neurolinguistique.

L’hémisphère droit du cerveau qui ne connaît pas la négation se focalise sur l’assertion.

Je l’ai lu quelque part : « Freud a remarqué, en son temps, cette “curiosité“ de l’hémisphère droit ; depuis c’est une certitude scientifique ».

Lire la suite...

mardi 1 mai 2012

Système ; moi non plus !

Inspiré du billet publié sur le blog de FitSelling

"Ainsi, au lieu de ce grand nombre de préceptes dont la logique est composée, je crus que j'aurais assez des quatre suivants (…) :

Lire la suite...

mercredi 21 mars 2012

Pour un référentiel universel (suite 1)

Ce billet fait suite à celui publié le 12 février 2012

(…) réduire de façon anticipée les écarts entre les besoins et les ressources humaines de l’entreprise, en termes d’effectifs et de compétences (…).

Cet extrait de la définition « historique » de la GPEC nous fournit trois indications essentielles sur l’aspect qualitatif (qui nous intéresse en priorité) de cette démarche centrale de tout développement RH :
1• la méthode est clairement définie : a.connaître les compétences actuelles des ressources humaines ; b.prévoir les compétences nécessaires pour atteindre des « objectifs à moyen terme bien identifiés » ; c.définir, mettre en œuvre et suivre des « plans d’action cohérents » pour permettre aux ressources humaines de l’entreprise d’acquérir, en temps utile, ces futures compétences nécessaires.
2• sans écarter la possibilité d’introduire dans l’entreprise de nouvelles ressources humaines possédant les futures compétences nécessaires, la GPEC se propose « d’impliquer les salariés (en place) dans le cadre d’un projet d’évolution professionnelle ».
3. s’agissant, d’une part, de connaître les compétences actuelles, d’autre part, de prévoir les futures compétences nécessaires, les auteurs (voir ci-dessous) laissent le champ libre à l’interprétation la plus riche en introduisant la notion de référentiel des emplois.

Lire la suite...