« Vous aimez les relations ? Communiquer ne vous pose aucun problème ? Le métier de la vente est peut-être faite pour vous ! »

Avec sa faute de français bien visible, cette accroche est en tête d’un article publié sur internet et intitulé « Devenir un excellent vendeur ».

Au delà des coquilles qui n’épargnent personne (car elles sont à la portée de toutes les bourses) et de l’inélégance du style bien naturelle à l’époque du texto (qui n’a rien à voir avec l’imparfait de SUM), ce conseil en orientation professionnelle permet de poser une question fondamentale : faut-il être intelligent pour être un bon vendeur ?